"It's going to get worse and worse and worse my friend", un spectacle et une phrase...

Publié le 16 Décembre 2015

It’s going to get worse and worse and worse my friend, (littéralement "Cela va être de pire en pire en pire mon ami") -que je vais appeler « It’s going to… » pour cet article, car j’ai la flemme d’écrire le titre en entier à chaque fois- c’est un spectacle de danse contemporaine de la danseuse Lisbeth Gruwez, pas tout récent puisqu’elle le joue depuis 2011. Je dis « elle » car It’s going to... est un solo.

Zut, un solo, et de 50 minutes en plus. Ca risque d’être un peu ennuyeux, non ? Pas tant que ça, car la mise en scène de Lisbeth Gruwell, bien que rudimentaire, est fascinante. Un rectangle de lumière pas bien grand, dont elle ne sort pas. Du vent, ou un bruit du tuyauterie comme bande son au début du spectacle. Et l’artiste, qui une fois entrée dans le rectangle de lumière, nous fixe. Tout le temps. Et tout le temps qu’elle exécutera sa danse, à chaque occasion de regarder le public, elle le regarde, avec un sourire triste. Le lien danseur/spectateur est fait.

"It's going to get worse and worse and worse my friend", un spectacle et une phrase...

Je ne se pas si la phrase « It’s going to… » doit signifier que la chorégraphie va devenir de pire en pire (un peu bizarre), mais elle évolue, et on peut diviser le spectacle en trois parties. La première, ou les gestes, simples au début (un simple mouvement avec la main) deviennent progressivement toute une phrase chorégraphique. La deuxième partie, ou la danseuse tire ses habits et se mue en une autre personne et elle danse, tel un instrument, sur la phrase « It’s going to… » et autre morceaux de paroles. Une partie spectaculaire, non seulement par le travail qu’il a fallu à Lisbeth Gruwell pour mémoriser cette bande-son, mais également par son aspect symbolique. Ne ressemble t-elle pas à un soldat habillée de la sorte ? (Voire Hitler ?!?) Et cette phrase, dictée par une voix d’homme un brin radiophonique, ne dirait-on pas un discours politique ?

"It's going to get worse and worse and worse my friend", un spectacle et une phrase...

Troisième et dernière partie, la danseuse vibre. Très longtemps. Petit à petit se vêtement retombent, ses cheveux sont en bataille, elle semble de plus en plus éprouvée, la bande son monte, et termine par une envolée sur des violons, la danseuse saute, saute, saute… silence. Elle s’arrête. Nous regarde une dernière fois. Se retourne. Quitte le rectangle de lumière. Noir.

Finalement, entre les trois spectacles que j’ai vus, "It's going to..." est celui qui m’a le plus marqué. Le résultat est si mystérieux, tout comme cette phrase, répétée un boucle. Il devrait plaire à tout amateur de danse contemporaine. Le reste du public, je n’en sais rien. Car à vrai dire, Si "It’s going to…" est très intéressant à voir, il doit l’être un peu moins à revoir que Le corps du ballet national de Marseille ou Le sacre du printemps, qui restent impressionnants par la dominance du nombre.

Pour finir, voila une "bande annonce" du spectacle, faite par le maillon ou je l'ai vu. Mais on peut façilement trouver des extraits d'"It's going to..." sur internet.

Rédigé par Dooh

Publié dans #Spectacles, #Danse, #Critiques

Repost 0
Commenter cet article