Quand Zep raconte Une Histoire d'hommes...

Publié le 17 Janvier 2016

Quand Zep raconte Une Histoire d'hommes...

Je l’ai découverte dans un grenier chez des amis cet hiver : « Une histoire d’hommes ». Bande dessinée, à priori triste rien qu’à voir la couverture… réalisée par Zep. Zep, le même qui a réalisé les Titeuf, Captain Biceps et autres bandes dessinées assez… comment dire… osées ? Oui le même, et dans un style bien différent.

Philippe Chapuis de son vrai nom est a vrai dire tout a fait capable de se prendre au sérieux lorsqu’il crée de nouvelles planches. En septembre, il a réalisé une courte BD dans laquelle la ville de son personnage Titeuf était ravagée par la guerre, sur le modèle de certains pays, la Syrie en tête. Forcément, de voir un personnage qui évoque l’univers de tout enfant français menacé par la mort, cela touche.

Pas question de Titeuf dans « Une histoire d’hommes », mais de rockeurs. Ils sont quatre, formaient un groupe, les Tricky fingers, mais par la faute des évènements, seul l’un d’eux, Sandro, a connu la gloire, en solo. Des années plus tard, ils se retrouvent chez lui, en tant qu’invités. Ils se remémorent le passé, ce qu’ils ont vécu… jusqu’à ce que des révélations fassent tourner l’histoire au drame. Une histoire très mélancolique, à ne pas mettre entre les mains de jeunes lecteurs. On y trouve des drames humains, de la drogue, de la nudité, un langage parfois offensant… C’est clairement une œuvre pour adultes que nous livre Zep, dont le style reste reconnaissable derrière les vignettes d’une seule couleur, qui permettent selon leur teinte de différencier temps passé et temps présent, ou de passer d’une action à une autre.

Les couleurs des vignettes situent l'action dans le temps.
Les couleurs des vignettes situent l'action dans le temps.

Zep s'est lancé dans une production différente de ses habitudes et le résultats est prenant, sans doute plus que certaines blagues puériles de ses albums jeunesse. Jetez donc un oeil dans Une Histoire d'hommes si vous en avez l'occasion !

Rédigé par Dooh

Publié dans #Bande dessinée, #Critiques

Repost 0
Commenter cet article