Théâtre et Cinéma dans "Cinéastas".

Publié le 29 Janvier 2016

Peut-on concilier théâtre et cinéma ? Mariano Pensotti le fait dans Cineastas, Cinéastes en espagnol. Non, il ne propose pas un spectacle moitié théâtre moitié cinéma, mais il raconte la vie de quatre cinéastes argentins, déterminés à réaliser chacun un film.

-Gabriel, grand cinéaste, doit travailler sur une comédie avec Hollywood, mais touché par une maladie incurable et sentant sa fin proche, il tente de changer le scénario et y intégrer des éléments de sa vie, pour laisser une trace de lui.

-Mariella a réalisé des documentaires sur des comédies musicales russes, son pays d’origine ou elle n’a jamais vécu. En travaillant sur son nouveau projet, le besoin lui viendra de partir en Russie afin en savoir plus sur son passé culturel.

-Nadia a connu un succès inespéré avec son dernier film, et désormais célèbre mais sans inspiration, on lui demande d’en faire un nouveau, elle doit accepter de réaliser le scénario d’un autre. La voila troublée : l’histoire parle d’un père porté disparu qui revient chez ses deux fils 17 ans plus tard, mais son père à elle ayant également disparu, elle se met à sombrer dans des délires le concernant.

-Lucas travaille chez McDonald et déteste cela. Passionné de cinéma, il projette de créer un film racontant l’enlèvement d’un homme pour le forcer à jouer le rôle de Ronald McDonald. Mais petit à petit, réussissant finalement dans l’entreprise de fast-food, il ne comprendra plus pourquoi il a ce projet.

Théâtre et Cinéma dans "Cinéastas".

Quatre histoires bien différentes, racontées par petits morceaux : on passe rapidement d’une Story à l’autre, les acteurs changeant de rôle d’une seconde à l’autre, n’étant que 5 pour des dizaines de personnages. Mais le plus incroyable dans cette pièce de Mariano Pensotti, c’est sa mise en scène : Un appartement en deux étages, celui du bas montrant les fameux cinéastes dans leur vie de tous les jours, et celui du haut représentant les scènes des films que les réalisateurs préparent, ou qu’ils ont déjà réalisé. Avec des changements de couleur d’éclairage, c’est une claque visuelle.

Le tout est en espagnol : les acteurs parlent espagnol, tout le temps, même quand le rôle du narrateur (qui passe d’un acteur à l’autre en permanence) commente l’action, en espagnol lui aussi. Forcément, au tout début de la pièce, on a du mal à suivre, mais cela passe au bout de quelques minutes. Et puis, il y a les sous-titres (heureusement !).

Oui, c’est une pièce bien mélancolique que propose Mariano Pensotti. Mais on ne s’ennuie pas du tout, tant les histoires sont palpitantes et tant l’enchaînement des tranches de vie se fait avec rapidité. Sans compter qu’il y a parfois deux actions différentes à observer, une sur le plateau du haut, l’autre sur le plateau du bas, qui parfois on un lien (les personnages qui prennent la même position, ou bien le cinéaste qui regarde sur un ordinateur la scène filmé jouée au dessus.) Cineastas a été créé en 2013, je l’ai découverte de passage à Strasbourg ce mois de janvier 2016. Cette longévité semble montrer que je ne suis pas le seul à l’avoir appréciée…

Voici pour finir le teaser du spectacle.

Rédigé par Dooh

Repost 0
Commenter cet article